Une première opération, puis le déclic

Publié le Publié dans mon parcours immobilier

Comme toute personne de mon age qui dispose d’un ordinateur, je traîne sur internet très régulièrement.

Des pages de pub s’ouvrent régulièrement vantant des techniques pour gagner de l’argent facilement. Du style, « Salut c’est Julien, aujourd’hui je vais vous expliquer comment gagner 100.000 euros en 10 min« 

Du coup, à force d’entendre ces pub régulièrement, j’ai vraiment décidé de chercher un moyen sérieux de gagner de l’argent mais sans pour autant travailler plus.

Je rêve de gagner au loto, lâcher mon boulot et profiter de la vie, faire ce que j’ai envie de faire sans contrainte, vivre une vie riche et épanouie.

 

Certains diront que l’argent ne fait pas le bonheur. Je ne suis pas tout à fait d’accord.
Je dirai que l’argent contribue grandement au bonheur, car pour moi le bonheur c’est avoir du temps pour moi, pour faire ce qu’il me plait, faire plaisir à ma famille, mes amis, me faire plaisir… Cela peut être un verre entre potes, un voyage, des vacances, le fait de manger à sa faim, avoir un confort matériel… et on ne vas pas se mentir mais sans argent rien de tout cela n’est possible.

Attention, je ne dis pas qu’être riche c’est le bonheur assuré, beaucoup de riche sont malheureux et déprimés.
Mais allez demander à un SDF si il est heureux et si il échangerait sa vie pour rien au monde…

je suis heureux d’avoir un toit sur la tête, de m’abrutir en regardant la télé, de voir ma fille grandir, mais je serais encore plus heureux de la voir grandir en découvrant le monde.

 

J’ai donc pensé à la somme d’argent que j’avais reçu en  héritage par une personne de ma famille quelques mois auparavant.

J’ai réfléchi à la manière dont je pouvais bien utiliser cet héritage, le garder au chaud ou l’investir ?
Je me suis rappelé de ce que me disait mon père. Il disait toujours «les enfants,  si vous avez la possibilité d’acheter votre maison ou appartement un jour, faites le ! »

Le souci c’est que l’héritage n’est pas suffisant pour me payer mon logement et je ne me sentais pas prêt à avoir un crédit immobilier sur 20 ou 25 ans…

De plus, cela ne me rapporterais pas plus d’argent à la fin du mois, car c’est maintenant que je veux de l’argent, pas à la fin du crédit !

J’ai donc pensé à acheter autrement, acheter pour louer. Histoire que cela me rapporte plus que la banque.
J’ai effectué une recherche pas très poussé sur internet. Juste pour savoir si je louerais meublé ou non.

Je me suis donc lancé à la recherche d’un logement type studio pour étudiant via des agences immobilières aux alentours du mois de Mai.
j’ai visité relativement peu d’appartement, une dizaine maximum.

J’étais rapidement tombé sur le studio idéal : 28m², bonne exposition, une grande loggia salle de douche avec WC, séjour avec coin kitchenette, à proximité de toutes les grandes écoles, du centre-ville et de plusieurs commodités. Bref, une aubaine. De plus, l’appartement était une succession et un des héritiers divorçait, ce qui l’obligeait à vendre le bien car il était pressé !

Je me suis mis dans la peau d’un étudiant et ça n’a pas été difficile, je l’étais seulement trois ans auparavant.
L’appartement ne se situe pas dans une résidence étudiante.

En effet, je préfère fuir ce genre d’investissement. Ils occasionnent de grosses dépenses du aux parties communes dégradé avec le passage régulier des locataires. Ces résidences sont parfois bruyante et peu reposante. Personnellement en tant qu’étudiant, je préférerais louer un appartement hors d’une résidence étudiante pour sortir du cercle scolaire, je verrais suffisamment les étudiants à l’école, pas besoins de les voir le soir et les week-end !

À ce stade, je ne m’étais pas encore intéressé à l’investissement immobilier, mais j’ai pu avec un peu de réflexion, connaître le type de vendeur où j’étais le plus enclin à négocier le prix de vente.
Je savais également qu’il est primordial de choisir un bon emplacement. Cela parait plutôt logique.

Entre un quartier chic en pleine expansion et un quartier pour logement sociaux, il n’y a pas photo sans vouloir faire de jeux de mots…

Bref, je visite l’appartement une fois, puis deux, puis trois.
De retour à l’agence immobilière après la troisième visite, je fais part à l’agent de mon très grand intérêt pour ce bien.
Le prix de vente de ce studio est de 48000€ net vendeur.

L’agent immobilier m’annonce qu’une précédente offre à 45000€ à été refusé par le vendeur.
Je décide de faire une offre d’achat sans clause suspensive, à 43000€.
L’agent immobilier m’a regardé d’un air « Heuu, je viens pas de vous dire qu’une meilleur offre à été refusé ? »
Quelques jours plus tard, je reviens à l’agence après avoir pris rendez-vous avec l’agent.
Ce dernier m’annonce, je cite « bon, j’ai transmis l’offre au vendeur, il m’a dit que 43000€ ça faisait un peu juste et que si je pouvais avoir une offre de votre part à 44000€, ça serait mieux, il l’accepterais, ainsi que le second héritier. »

L’agent ma alors demandé si je m’alignais sur 44000€. Après ce que j’avais entendu, il été clair que je ne proposerais pas ce prix. J’ai donc renouveler la même offre afin de montrer mon insistance au vendeur et de le titiller un peu…
je ne sais pas vous mais je n’ai pas vu de refus catégorique symbolisé par un « NON ».
et vu que les vendeurs était deux, la pilule passerait mieux. Et oui, 1000€ en moins c’est seulement 500€ chacun à laisser.

L’agent me téléphonera deux, trois jours après pour m’annoncer la bonne nouvelle !
Mon offre à été accepté. Le compromis est signé rapidement et le 26 juillet, je devenais pour la première fois propriétaire à seulement 22 ans.
Le prix d’achat frais de notaire inclus s’élevait à 50900€.

Dès le lendemain, je commençais certains travaux (peinture et nettoyage) afin que l’appartement soit prêt et meublé pour la rentrée scolaire. Le montant total de mon investissement s’élevait à 51600€.

 

La peinture de la cuisine et la pièce principale à été refaite, ainsi que le plafond.
J’ai pendant les travaux déposé une annonce sur le bon coin afin de trouver un locataire.
Le précédent loyer était de 280€ brut pour de la location vide.
J’ai décidé de mettre mon loyer à 330€ brut soit 300€ net.
J’ai eu en moins de 24h pas moins de 6 rendez-vous pour visiter l’appartement.
J’aurais eu au total plus d’une quinzaine d’appels, mails…
Toute les personnes qui ont visité l’appartement le voulait.
Je n’avais plus qu’a choisir le meilleur profil.
J’ai jeté mon dévolu sur une étudiante qui s’installait pour trois ans d’études. Elle à visité l’appartement en plein travaux et s’y est plus directement.

J’ai décidé de cibler les étudiants car déjà le bien est un studio, donc une petite surface qui correspond en général aux étudiants.
De plus, il y a peu d’impayé du coté de cette clientèle, car les parents sont en général les garants et il est plus que rare de voir des parents ne pas assumer cette dépense qui sert indirectement aux études de leurs enfants.

La locataire à emménagée le 1er septembre.

 

Voir son compte en banque se remplir petit à petit sans rien faire c’est plutôt cool non ?

Vous voulez que je vous dise ? Cet investissement est le meilleur placement que j’ai fait à ce stade de ma vie.

Une passion venait de naître inconsciemment et attisait ma curiosité les semaines suivant mon premier investissement.

 

Quel à été le déclic pour vous? Quel a été votre premier investissement?
Qu’attendez vous pour vous lancer?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *